Education canine positive et amicales
Login

Accueil du chiot partie 2

Bonjour à tous.

J’espère que vous avez passé un bon été, vous et vos 4 pattes.

En février, je vous annonçais la suite de mon article sur l’accueil d’un chiot dans le prochain numéro. Malheureusement, j’ai manqué de temps. Des formations à organiser, à donner, à suivre…. mon ancienne vie qui m’a rattrapée m’apportant quelques petits orphelins à élever… tout cela prend du temps. Excusez mon retard.

Nous étions restés sur l’apprentissage de son nom, prémices de l’apprentissage du rappel.

Aujourd’hui nous allons continuer avec les apprentissages indispensables à mettre en place à l’arrivée d’un chiot – ou d’un chien adulte fraîchement adoptés, tant il est vrai que ce qui est valable pour les chiots l’est pour n’importe quel chien – comment un chien apprend et comment on peut empoisonner un signal appris.

Tout d’abord, il faut comprendre que nos amis, même s’ils ont un mode de communication très évolué, n’ont pas de dictionnaire leur donnant la définition des mots dans la tête.

De ce fait, demander un “assis” à un chien sans lui avoir préalablement appris ce que signifiait ce signal est non seulement inutile, mais contreproductif. Parce que souvent cela fini par nous qui nous énervons et un chien qui ne comprend absolument pas ni pourquoi ni ce qu’il devrait faire pour faire cesser cela, puis souvent, malheureusement,  par une mise en position assise de force. Alors que c’est nous et nous seul qui sommes à l’origine du “problème”.

Mais l’absence de ce dictionnaire à un petit avantage, on peut utiliser n’importe quel mot comme signal. J’ai bien connu un chien qui vous sautait au cou pour vous faire des léchouilles quand on lui disait “attaque”. Il valait mieux éviter de lui dire “embrasse” en revanche.

Mais alors si le chien ne comprend pas la signification des mots, comment en apprend-il le sens ?

Par association et un peu d’aide de notre part.

Il est donc inutile, même en début de période d’apprentissage, de lui demander de faire quelque chose si nous n’avons pas mis en place cette association. Nous allons prendre le rappel en exemple.

Vous vous souvenez, nous avons mis en place l’apprentissage de son nom, par étape. Et je vous disais que ces étapes SILENCIEUSES étaient le début du rappel. Nous étions rendus au moment où le chien, à la simple et unique évocation de son nom, venait vous rejoindre dans une autre pièce. A partir de ce moment-là, sitôt que vous avez 4 réussites de suite sur 5 essais, vous allez commencer à prononcer le mot que vous aurez choisi comme signal de rappel. Exemple :

“Idaho?” (oui, mes chiens me servent de cobayes même dans mes articles)

Idaho me rejoint et sitôt qu’elle est vers moi, je dis “ouiiiiii” (pour marquer le bon comportement, dire à mon chien que c’est ce que j’attendais de lui) et tout de suite après je dis “RETOUR” et hop le bonbon lui tombe dans le bec.

Je réitère le même mode opératoire plusieurs fois de suite dans la journée et les jours suivants, dans des pièces différentes, voire dans le jardin si à la maison le principe est bien en place. Ce faisant, j’apprends à mon chien à faire l’association entre mon signal et son action. Quand j’ai 80% de réussite mon signal de rappel – qui n’était pas encore une demande, juste un mot donné en même temps que le chien faisait l’action – va être donner AVANT l’action, donc en demande .

“Idaho? Retour?” (Oui oui, il y a bien des points d’interrogations après mes signaux. Cela me permet de demander à mon chien de bien vouloir faire quelque chose, et non pas de l’exiger comme si j’étais en colère, je vous rappelle que d’une part il est en apprentissage, d’autre part, il n’a rien fait de mal, je n’ai donc aucune raison de lui donner l’impression que je suis fâchée)

Mais revenons-en à nos moutons…

“Idaho? Retour?”

SITÔT qu’elle est à ma hauteur, “ouiiiiiii” et bonbon.

ATTENTION ! A ce stade, je ne demande pas à mon chien de venir s’asseoir à mes pieds, il ne sait pas encore le faire. Et ce sont deux actions bien définies, donc à apprendre séparément et avec des signaux spécifiques. Ici, je lui demande juste de venir à portée de main. Quand mon rappel est acquis à la maison, je commence à le travailler en mettant un peu de distraction dans l’environnement, donc je le fais dans le jardin, puis dans une rue calme, ou au parc en y étant seul, etc etc. Afin qu’il généralise. Si cela ne fonctionne pas, je reviens en arrière, à la dernière étape qui fonctionnait, et baisse mon critère de distraction, recommençant les différentes étapes doucement.

Mais temps que mon rappel n’est pas acquis partout, je garde mon chien en laisse ou longe.

Combien de temps cela me prend-il pour mettre en place un rappel indéfectible ou presque ?

2 mois !

Deux tout petits mois qui me permettent en parallèle de créer notre relation, notre lien, sa confiance en moi. Je n’ai jamais besoin de me fâcher avec mes chiens pour les amener à avoir le comportement que j’attends d’eux, ni pour n’importe quel apprentissage, prenant le temps nécessaire à mon chien pour qu’il acquiert une nouvelle compétence. Répondre correctement à un signal est une compétence.

On peut aussi profitez de ce que le chien soit en train de faire quelque chose que nous voulons fixer pour marquer, renforcer, puis en mettant un mot dessus juste avant et renforcer, puis en demandant au chien de le faire. Exemple: mon chien va se coucher à sa place de lui-même, j’en profites pour faire une association entre sa place et le mot que j’ai décidé de mettre sur cette action.

Voilà, voilà comment on apprend au chien à faire une association entre une demande et le comportement que vous attendez de lui. Le bonbon, à ce stade doit tomber SYSTEMATIQUEMENT à chaque réussite. Quand l’action est acquise à 100%, ce qui va très vite avec cette méthode, on enlève le bonbon une fois sur deux, puis sur trois, puis sur quatre, puis il n’en a plus que de manière aléatoire, c’est-à-dire de temps en temps. Mais attention, on garde le bonbon pour tous les autres apprentissages non encore acquis à 100%.

Les acquisitions indispensables ?

– Le rappel – Le stop – Le “tu attends”

Les 3 apprentissages vous permettant de gérer quasiment n’importe quelle situation.

Un autre indispensable est la marche en laisse. Le plus simple étant de renforcer chaque pas à vos côtés au début, puis tous les deux pas, puis tous les trois……Penser à tenir votre laisse de la main opposée au chien de manière à avoir la main côté chien disponible pour récompenser, mais aussi pour que cette récompense soit bien donnée à côté de vous, le long de votre jambe, et pas à moitié devant vous par exemple. Vous allez lui marcher dessus s’il doit se positionner en travers de vos jambes… et en le récompensant à cet emplacement là, VOUS allez lui apprendre à marcher dans cette position. En 5 minutes, dès le premier entraînement de marche en laisse, mon timing de renforcement passe à tous les 3-4 pas, si j’ai bien travaillé. Puis j’augmente la distance avant récompense petit à petit. Très rapidement, je n’en ai plus besoin et elle devient aléatoire.

La socialisation, apprentissage le plus important de tous, ne faisant pas partie de l’éducation de base, se travaille TOUTE la vie du chien, et je vous en ai longuement parler lors de mon premier message.

Ne commettez pas les erreurs suivantes :

Si vous voulez garder un excellent rappel avec votre chien, surtout ne le rappeler pas uniquement pour le remettre en laisse ou pour mettre fin à la balade. Faites plusieurs petits rappels en court de balade en le laissant repartir jouer. Vous pouvez le rappeler et le mettre en laisse quelques minutes, mais relâcher le ensuite.

Ne le gronder pas non plus (encore moins punir) s’il ne revient pas assez vite à votre goût. Revenir vers vous doit TOUJOURS être associé à quelque chose de positif. Si revenir = cri ou coup il ne reviendra plus. Il n’est pas maso.

Évitez de le rappeler 20 fois de suite sans succès. Un signal de rappel, éventuellement deux, et VOUS allez le chercher. Pour qu’il ne prenne pas l’habitude de ne pas revenir justement.

Pour la marche en laisse, ne vous cramponner pas à celle-ci. La laisse doit toujours être détendue. Je ne sais plus quelle colègue disait que la laisse devait exprimer un sourire entre vous et votre chien, mais c’est exactement ça. Au moment où vous tendez la laisse vous signifiez à votre chien que vous voulez éviter quelque chose. Rien de tel pour qu’il apprenne à tirer pour aller de voir quoi il s’agit justement.

Travaillez la protection de ressource également.

Pouvoir aller retirer sa gamelle à un chien, j’avoue ne pas être pour. Si je viens vous piquer votre assiette pendant que vous manger, comment aller vous le prendre ?

Cependant, pour des raisons de sécurité élémentaire, surtout si vous avez des enfants, le chien doit apprendre que personne n’en veut à sa pitance. Le moyen le plus simple pour mettre en place le fait de pouvoir passer à côté de lui quand il mange ou de lui reprendre sa gamelle (ne le faite que pour une vraie bonne raison dans la vie courante) est de restez près du chiot, de le caresser. Ainsi il sera à l’aise s’il y a du monde autour de lui pendant les repas. N’enlever JAMAIS sa gamelle, mais n’hésitez pas à rajouter des petits morceaux de jambon, poulet rôti, un truc extra bon, en court de repas, en rendant ça hyper sympa.

Comment je procède ? Mon chiot mange, je suis à ses côtés et tout à coup je dis “Zuuuuut, j’ai oublié de te donner ça… Regarde!” et la main tendu, ouverte sur ce trésor, j’approche de la gamelle et glisse ma main dedans pour déposer le dit trésor. Petit à petit, le chien associe le fait de mettre les mains dans son assiette avec de bonne intention et pas pour la lui retirer. Quand cette action est totalement acquise, je vais lui prendre ça gamelle et rajouter quelque chose dedans pour la lui rendre instantanément. Sur le même mode opératoire. “Zuuuuut…..” en lui montrant que j’ai quelque chose en plus pour lui. J’avance la main, prend doucement la gamelle, la lui enlève, ajoute, et la repose.

La protection de ressource peut également poser des problèmes entre les chiens si vous en avez plusieurs. Le meilleur moyen pour éviter trop de souci est de leur apprendre à partagez. Au moment des distributions de gamelles, mais aussi en improvisant des distribution de friandises, bonbon, jouet etc, CITEZ le nom du chien à qui vous donnez ce bonbon là, cette gamelle ci. Attention ! Ne truandez personne. Ils ont tous droit à une gamelle, un morceau de pain, un bonbon, et en même temps. Ils doivent juste attendre l’énoncer de leur nom, apprendre à patienter …..

😉

Et pour ce qui est de pouvoir retirer n’importe quoi de la gueule d’un chien, parce que cela peut être utile, travaillez en faisant des échanges. Pensez juste que ce que vous avez à offrir en échange doit être à la hauteur du leur. Si votre chien adore le pain sec, échangez la chaussette qu’il vous a volée contre un morceau de pain sec ne posera pas de problème (ne courrez pas après votre chiot, il penserait que vous jouez) Mais s’il est parti avec le Rosbeef…. votre morceau de pain sec ne sera pas à la hauteur. En tout cas pas au début de cet apprentissage 

Pensez aussi, pour établir un vrai lien de confiance avec votre chien, à jouer avec lui. Rien de tel que les jeux de tire à la corde pour cela. Et laissez le gagner un fois sur deux ou trois. Ainsi, il apprend que c’est un jeu, et non une compétition. Mais cela veut dire que vous devez gagner vous aussi de temps en temps. Faites attention avec ce jeu à deux choses malgré tout :

Ne tirez pas comme un sonneur de cloche, vous risquez de lui arracher ses petites dents de lait. Et attention avec les enfants. Ils ont le droit de jouer ensemble, mais toujours sous la surveillance active d’un humain, adulte, et si vous voyez que votre enfant apprend à voler, rappelez vous qu’il n’est pas un oiseau et faite cesser la partie. Nos jeunes chiens ne sont pas conscient de leur force, taille et gabarit, cela viendra, mais il doit aussi apprendre à gérer sa force.

Voilà, si vous mettez en place les conseils ci dessus, tranquillement, au rythme de votre chien, en lui laissant le droit de se tromper, de ne pas avoir compris du premier coup, tout se passera bien.

Rappelez-vous que punir un chien ne sert à rien. La preuve en est que le chien recommence la même erreur. La seule chose que vous obtenez en punissant est que le chien vous craint, vous, pas vos sanctions, et vous mettez à mal ce lien si précieux qui fait votre partenariat.

Faites-vous aidez. L’éducation d’un chien n’a rien de difficile, mais encore faut-il connaître certaines choses, comment les mettre en place, quand. C’est le travail d’un éducateur que de vous apprendre comment apprendre à votre chien. Si besoin est, je suis à votre disposition (yannick psiko sur Facebook) pour vous aider à trouver un BON éducateur, dans votre région, qui sera au fait des dernières avancées scientifiques sur le sujet.

Rappelez-vous surtout qu’éduquer un chien est avant tout affaire de :

Cohérence-Constance-Communication-Confiance.

Sans ces quatre conditions, réunies, tôt ou tard les choses tournent au vinaigre. Le chien ne vous écoute plus, ne vous répond plus…..

A chaque action spécifique un signal spécifique, TOUJOURS le même. SI vous dites une fois “viens ici”, une fois “au pied”, une fois “retour” à votre chien pour le rappel, il ne va pas comprendre se que vous attendez de lui. Donc faites une liste des signaux que vous voulez utiliser, un signal par action distinctive, et pour toute la famille les mêmes signaux. Vous pouvez choisir les mots que vous voulez puisque le chien n’a pas de dictionnaire dans la tête, mais faites court et pas trop semblable les uns avec les autres.

Bonne lecture et bon trimestre à tous.

Papouilles à vos compagnons de route.

A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nouveautés

Accueil du chiot partie 2

Bonjour à tous. J’espère que vous avez passé un bon été, vous et vos 4 pattes. En février, je vous ...
Lire La Suite

Accueil du chiot partie 1

Bonjour à tous Aujourd’hui nous allons parler de l’accueil du chiot. Avez vous déjà imaginé le stress que cela pouvait ...
Lire La Suite

Le développement comportemental du chiot, tout se joue avant 4 mois – Le syndrôme de privation

Aujourd’hui, nous allons parler cerveau, neurones, synapses et surtout développement comportemental. Dans le cadre de mon métier je suis de ...
Lire La Suite

La médication psychotrope chez le chien

Au fil des ans je vois et entends de plus en plus parler de chiens mis sous médication pour souci ...
Lire La Suite